Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

L'école d'autrefois présentée à partir de différents supports. Géré par les DDEN, le Musée de l'école est une création de l'Union des DDEN 66. Nouvelle adresse : Avenue Paul Gauguin - Perpignan

Publié le par Les DDEN 66

Communiqué de presse du CDAL (Comité Départemental d’Action Laïque)

 

Très médiatisé, l’essor de l’enseignement privé hors contrat est visible dans beaucoup de territoires. Des articles de presse faisant état des bilans de contrôles de ces établissements ont retenu notre attention.

 

Des méthodes pédagogiques surannées ont été observées, des pans entiers des enseignements sont éludés ; plus grave, des situations d’endoctrinement ont été repérées.

 

Dans ce contexte, le Conseil d’Etat a fixé par arrêté, en juillet 2017, quelques modalités de contrôles de ces écoles ainsi que de l’instruction à domicile.

 

Dans les Pyrénées-Orientales, fin mars dernier, il n’y avait eu aucun contrôle dans les écoles privées hors contrat depuis au moins quatre ans. Deux visites ont été prévues entre avril et juillet à l’école des lucioles de Marquixanes et à l‘école libre d’Ur. 

 

Nous nous inquiétons que l’Education Nationale ne se préoccupe pas davantage de ce qui est enseigné à ces jeunes en construction dans les écoles qui s’implantent dans le département.

 

Nous ne savons, à l’heure actuelle, ni combien d’élèves sont accueillis dans ces structures, ni quels sont les enseignements qui y sont pourvus. Pour le premier degré, nous dénombrons actuellement huit écoles et une neuvième devrait voir le jour en janvier 2019. Nous avons demandé au Conseil Départemental de l’Education Nationale présidé par le Préfet, qu’un bilan régulier de ces contrôles et une information sur les mesures mises en œuvre soit mis en place dès aujourd’hui. Nous nous interrogeons aussi sur les modes de développement de ces structures : il s’agit de savoir quels sont les maires qui logent gratuitement les écoles qui entrent directement en concurrence avec l’école publique seule garante des valeurs républicaines.

 

De même, nous alertons l’opinion sur l’augmentation croissante des enfants scolarisés à domicile par le biais de l’enseignement à distance via le CNED ou de l’instruction dans la famille. En cinq ans, leur nombre a augmenté de 50 %.

 

C’est la volonté d’émanciper par le savoir qui a animé les fondateurs de l’école obligatoire, gratuite et  laïque,  ce lieu particulier où l’enfant peut se construire, acquérir les connaissances, les compétences et la culture qui lui permettront de s’émanciper, de devenir citoyen. 

 

Notre engagement : tous les enfants de notre département voient leurs droits fondamentaux garantis par la République. C’est parce que notre mobilisation est fondée par l’intérêt que nous portons à nos élèves, à nos enfants que nous demandons à l’ensemble des acteurs de la communauté éducative élargie de se mobiliser en faveur de la seule école légitime : l’école républicaine publique, gratuite et laïque la seule école libre!

 

Les membres du CDAL : les DDEN, la FCPE, la Ligue de l'Enseignement, le syndicat des enseignants de l'UNSA, l'UNSA Education.

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

Conduite sous la houlette de l'Union des DDEN des Pyrénées Orientales, et en partenariat avec la Direction départementale des territoires, la police municipale, l'Adateep, la MAE  et la MAIF, une journée d'éducation à la sécurité et la citoyenneté, s'est déroulée, jeudi dernier, à Saint-André. Près de 170 élèves  provenant des écoles de Laroque, Sorède, Villelongue, Saint-Génis et Saint-André, ont ainsi investi les installations sportives du collège  Mendès-France.

L'éventail des activités proposées s'est décliné en 12 séquences interactives d'une vingtaine de minutes environ.

Après un exercice d'évacuation d'un bus, chacun a été amené à mieux connaître son vélo en sachant le préparer, le réparer et le manier en toute sécurité.

Le comportement de citoyen faisait aussi partie de la thématique avec une initiation aux premiers gestes de secours conduits par l'Union départementale des sapeurs-pompiers des Pyrénées Orientales. Ces exercices qui ont d'ailleurs bien plu, vont, sans aucun doute, susciter des vocations auprès de nos jeunes sauveteurs en herbe d'un jour.

Les élèves ont ainsi appris à comment réagir lors d'un accident en mettant en oeuvre le protocole des premiers secours, à savoir : alerte des services d'urgences, protection des victimes, secourir si besoin. 

Après un pique-nique sur l'agréable site du Théâtre de Verdure de Saint-André, l'après-midi a été consacré à un parcours cyclo aménagé où chacun était appelé à mettre en application les connaissances et les consignes de respect du code de sécurité routière apprises dans la matinée.

"C'est une journée totalement réussie tant au plan pédagogique qu'organisationnel" s'est félicitée la Présidente de l'Union des DDEN 66, Carmen Esclopé. Et d'ajouter :"Nous avons été très bien accueillis par le collège de Saint-André où tout avait été prévu de façon très efficace. Les enseignants ont fourni un travail formidable avec leurs élèves. Ces derniers ont respecté les consignes et ont réagi de façon très positive, dans le calme et la sénérité. Je dis un grand bravo et je remercie cette équipe d'enseignants, le collège, les parents, les partenaires, et bien entendu les DDEN qui ont participé à cette réussite".

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

CONTACT :

Carmen ESCLOPÉ, Présidente de l'Union des DDEN 66 - Tél. 06 14 88 58 06

alainesclope@wanadoo.fr

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

http://museeecole66.fr/

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

En partenariat avec la Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale (DSDEN), les services culturels de la ville de Perpignan et l'atelier CANOPÉ, les écoles maternelles et primaires ont été invitées à participer à cet événement biennal qui s'est déroulé tout au long de la semaine du 28 mai au 1er juin.

Découvertes artistiques, animations, jeux, mais aussi, parfois, exposition ou valorisation des créations de nos artistes en herbe,  ont ponctué le cheminement "couleurs culture" au gré de l'intérêt recherché des classes.

Le Musée de l'École figurait tout naturellement parmi les partenaires de cette manifestation à vocation éducative. Animées par l'association des Délégués Départementaux de l'Education Nationale, (DDEN), les visites ont suscité un vif intérêt et une certaine affection pour cette école laïque de Jules Ferry toujours garante de nos valeurs républicaines.

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

Dans le cadre de sa  "Journée  des ressources éducatives", le réseau de création et d'accompagnement pédagogiques, CANOPÉ, a convié ce mercredi, au Palais des congrès de Perpignan, tout ce que peut compter  le département et son chef-lieu, d'institutions, d'organismes ou d'associations en lien avec l'éducation, la culture, la formation et l'économie participative. Près de 80 exposants ont ainsi accueilli un public nombreux, déambulant d'un stand à un atelier ou à une des conférences données par des spécialistes chevronnés.

Toujours soucieuse de souligner la mission souvent méconnue des délégués départementaux de l'éducation nationale (DDEN), notre association, représentée par une dizaine de ses membres dont sa présidente, Carmen Esclopé, avait tenu à marquer de sa présence sa participation à cette journée dédiée à l'éducation.  

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

C'est avec un petit pincement au coeur que les délégués départementaux de l'Education nationale (DDEN) ouvraient, samedi, les portes du Musée de l'École au grand public . "Il s'agit , en effet, de notre dernière manifestation,ici, sur ce site historique  puisque nous devons libérer les lieux  en prévision d'un projet d'extension du campus voisin"  nous a confié Carmen Esclopé, la très active et dévouée présidente de notre association. 

 Aussi, avons-nous eu à coeur, en cette année mémorielle du Centenaire de la Grande Guerre, de conférer à cette édition un caractère exceptionnel en consacrant un hommage aux 67 enseignants du département tombés au champ d'honneur,  et tout particulièrement à Raoul Armingaud et Victor Roudière,  deux instituteurs  de Saint-Paul-de-Fenouillet.

Très vite, l'affluence ininterrompue du public ne s'est pas démentie et s'est prolongée jusque tard dans la soirée, réservant ainsi un beau succès  à ce rendez-vous annuel.

En témoignent les deux conférences qui ont rassemblé plusieurs dizaines de visiteurs visiblement séduits par le contenu des recherches et la qualité de la prestation des intervenants.​​​​​​

En témoignent les conférences qui ont rassemblé plusieurs dizaines de visiteurs visiblement séduits par le contenu des recherches et la qualité de la prestation des intervenants.

 

C'est à Fernand Cervera, ancien principal du collège de Thuir, que revint la tâche de retracer le tragique destin des deux instituteurs saint-paulois, tandis que M. Prats, professeur  des écoles à Thuir, s'est attelé à la présentation d'une monographie réalisée avec ses élèves de cours moyen, dédiée à Saturnin Fabre, un instituteur de la commune tombé, lui aussi, au combat.

M. Hamrani, collectionneur de Bélesta et féru d'histoire de cette période, commenta, quant à lui, sa riche et intéressante collection d'armes et d'objets familiers de la vie des poilus dans les tranchées. 

 

 

Après l'évocation de cet épisode douloureux de l'histoire locale auquel le corps enseignant paya un lourd tribut, le public était invité à visiter les locaux de l'école de nos aïeux que près de 3000 élèves découvrent chaque année au cours de visites organisées à la demande de leurs enseignants.

La classe, fidèlement reconstituée avec son traditionnel tableau noir, mais aussi avec un panel d'accessoires symboliques de l'époque, a bien sûr conquis les visiteurs.

Ravie de ce retour magique aux sources de sa scolarité, une mamie, accompagnée de sa petite-fille, s'est même livrée remarquablement à un exercice d'écriture au porte plume et à la fameuse encre violette.

La belle réussite de cette journée empreinte   de mélancolie, de nostalgie mais aussi d'un réel intérêt, a ravi les défenseurs des valeurs républicaines de l'école publique et laïque que nous sommes, et témoigné, s'il le fallait encore, de l'oeuvre utile de ce musée qui connaîtra, prochainement, son nouveau point de chute.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

  

Le musée de l’Ecole est un lieu chargé d’histoire, qui fait revivre le temps de l’école de la 3ème République, celle de Jules Ferry, celle de « l’école publique, laïque , gratuite et obligatoire »... Dans une classe reconstituée, chaque année, plus de 3000 enfants, mis en situation réelle de cours, viennent découvrir cette école qui plaçait si haut les valeurs de la République. Durant les journées ’’portes ouvertes’’, Journées du Patrimoine, Nuit Européenne des Musées..., il n’est pas rare de rencontrer une mamie ou un papi servant de guide à ses petits enfants, cherchant quelques titres dans les milliers de documents recensés ou commentant la fameuse phrase de morale écrite au tableau noir...

Le musée de l’école est un véritable lieu de mémoire. Mémoire de cette école sur laquelle s’est bâtie notre école d’aujourd’hui, mémoire de cette volonté de sortir les hommes de l’ignorance, mémoire de ces ‘’hussards noirs’’ qui vouaient leur vie à leur République.


Cette nouvelle édition de la Nuit Européenne des Musées, nous la dédions aux « Instituteurs tombés durant la Première Guerre Mondiale ». M. Cervera retracera le parcours de deux instituteurs de Saint Paul de Fenouillet (Raoul Armingaud et Victor Roudière) sur fond de lettres de poilus et de poèmes lus par des enfants accompagnés de leur enseignante, Mme Montforte. M. Hamrani, collectionneur de Bélesta, présentera quelques objets choisis qui accompagnaient la vie de nos soldats dans les tranchées. Et M. Prats, professeur des écoles à Thuir (école Jules Ferry) commentera un travail réalisé avec ses élèves de CM2 autour d’un instituteur de Thuir, Saturnin Fabre, tombé durant cette guerre... qui devait être la ‘’Der des Ders’’...

C’est cet hommage, dans une salle de classe que ces instituteurs-là auraient pu connaître, que nous vous invitons à partager, le samedi 19 mai, entre 17h. et 22h., avec les DDEN, défenseurs des valeurs de l’école publique.


 

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>