Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

L'école d'autrefois présentée à partir de différents supports. Géré par les DDEN, le Musée de l'école est une création de l'Union des DDEN 66. Nouvelle adresse : Avenue Paul Gauguin - Perpignan

Publié le par DDEN 66

Transféré en juillet dernier dans des locaux désaffectés du collège Pons, à Perpignan, le nouveau site du Musée de l'École connaît, depuis peu, une certaine effervescence.  Les entreprises du bâtiment, se succèdent, en effet, pour les premières opérations nécessaires au réaménagement des lieux.

Le planning et le rythme d'avancement des travaux actuel laissent présager un possible emménagement dans les locaux, fin mai prochain.

C'est en tout cas ce que la délégation des animateurs du musée conduite par Carmen Esclopé et Jean-Marie Fosse,  a pu constater ce vendredi, à la faveur d'une visite du chantier. 

Auparavant, la délégation avait mené une réflexion et planché sur les modalités pratiques de la rouverture du musée envisagée raisonnablement en novembre prochain.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

1er rang : Carlos Grèzes  et Jean Cayrol entourent notre présidente, Carmen Esclopé.  

2e rang : Yvette Petiot, Jean-René Casals, Nassima Dris-Férin 

Les membres du conseil d'administration de l'Union des DDEN 66  ont accueilli, dernièrement, cinq de nos nouveaux collègues, pour une journée d'information sur les droits et les devoirs de leurs fonctions bénévoles dans la limite de leur champ d'actions au sein de l'institution scolaire : sécurité, hygiène, restauration, transports, activités périscolaires, défense de l'école publique et laïque.

Nommé pour 4 ans par le directeur des services académiques, le DDEN est membre de droit du conseil d'école au sein duquel il peut être conduit à jouer un rôle de médiation entre les différents partenaires.

Les échanges se sont prolongés autour d'un plateau repas convivial.

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

APPEL DES 113
NOUS NOUS OPPOSONS AUX MODIFICATIONS DE LA LOI DE SÉPARATION DES ÉGLISES ET DE L’ÉTAT DU 9 DÉCEMBRE 1905

Depuis 113 ans, la Loi de séparation des Églises et de l’État est un texte fondateur de notre République. Cette loi et nulle autre, assure la liberté de conscience et affirme sans ambigüité ni faux- semblants que la République ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte. Elle garantit le libre exercice des cultes assuré par des associations dont l’objet et le patrimoine doivent être strictement cultuels.

Par l’esprit et la lettre, elle œuvre au rassemblement des êtres humains par-delà leurs différences. Avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, elle est au cœur du fonctionnement de notre vie collective, elle est le moteur du développement de nos libertés, elle contribue de manière décisive à l’égalité entre tous les citoyens quelles que soient leurs convictions.

La Loi de 1905 est la clé de voûte de l’édifice démocratique et républicain qui nous abrite et l’expression de l’idéal de justice et de fraternité universelle qui nous anime. Le principe de laïcité qui en découle est si fondamental qu’il a été inscrit à l’article 1er de notre Constitution.

Par l’universalité des principes qu’elle affirme et des dispositions qu’elle édicte, la Loi de séparation s’applique à tous les cultes et pose le principe de leur adaptation à la société républicaine. Non l’inverse.

Les signataires de l’appel sont conscients des inquiétudes soulevées par les menées communautaristes et par les dérives intégristes de l’islamisme politique, qui affaiblissent la société française. L’organisation du culte musulman, la transparence de ses financements et le contrôle du respect de l’ordre public par les organes cultuels sont les trois préoccupations que met en avant le gouvernement pour envisager la révision de la Loi de séparation.

En aucun cas la modification de cette Loi ne saurait être l’un des moyens de droit permettant de résoudre ces graves problèmes. L’organisation d’un culte et a fortiori ses principes théologiques ne regardent pas l’État mais les croyants et les pratiquants. La transparence du financement privé des cultes peut être assurée par des mesures de police fiscale et par des contrôles étroits autorisés par les lois françaises. La police des cultes est déjà entièrement contenue dans la Loi de 1905. Quant à la lutte contre les menées subversives et terroristes, elle ne relève pas de cette loi.

Au moment où l’unité citoyenne et la paix sociale sont mises en péril, il ne peut être question d’affaiblir leurs fondations en ouvrant la voie aux exigences de tous les groupes de pression et en relativisant le caractère inviolable de leurs principes.

C’est pourquoi les signataires demandent à tous les citoyens et toutes les citoyennes, toutes les associations, tous les syndicats, tous les partis politiques républicains de se rassembler autour de cet appel pour en faire une très large pétition nationale exigeant le respect de la Loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905.

Pour signer cliquez

 

ASSOCIATIONS signataires :

Agir pour la laïcité et les valeurs de la République ; Association des libres penseurs de France (ADLPF) ; Association Européenne de la Pensée Libre (A.E.P.L) ; C.A.E.D.E.L. – Mouvement Europe et Laïcité ; Comité 1905 PACA ; Comité Laïcité République (CLR) ; Conseil National des Associations Familiales Laïques (C.N.A.F.A.L) ; EGALE ; Esprit Laïque ; Fédération française du Droit Humain ; Fédération nationale des DDEN ; Forces Laïques ; Fraternelle parlementaire (FRAPAR) ; Grand Orient de France ; Grande Loge des Cultures et de la Spiritualité ; Grande Loge Féminine de France (GLFF) ; Grande Loge Mixte de France (GLMF) ; Grande Loge Mixte Universelle (GLMU) ; la Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) ; Laïcité Liberté ; Le Chevalier de la Barre ; Les VigilantEs, réseau féministe universaliste et laïque ; Ligue Internationale Contre le Racisme et l'Antisémitisme (LICRA) ; Lumières laïques – Cercle Maurice Allard ; Ni Putes Ni Soumises ; Observatoire de la Laïcité de Provence (O.L.P.A); Observatoire de la Laïcité de Saint-Denis ; Observatoire de la Laïcité du Val d’Oise ; Regards de Femmes ; Réseau 1905 ; Syndicat de l’inspection de l’Éducation nationale (SI.EN-UNSA) ; Union des Familles Laïques (UFAL) ; Viv(r)e la République

PERSONNALITÉS signataires :

ABERGEL Gilbert Psychanalyste 1er vice-président du CLR ; ARAMBOUROU Charles Magistrat financier honoraire, militant laïque ; ARTANO Stéphane Sénateur ; ASTRE Louis Ancien secrétaire national à la FEN ; BENSOUSSAN Georges Historien, Prix National de la Laïcité 2018 ; BIARD Gérard Rédacteur en chef de Charlie Hebdo ; BOUDJAHLAT Fatiha Professeur, essayiste, militante laïque ; BOUGUEREAU Jean-Marcel Journaliste ; BRET Marika DRH de Charlie Hebdo ; BRUCKNER Pascal Essayiste, romancier ; CABOTTE-CARILLON Monique Présidente du CEDEC (Chrétiens pour une Eglise Dégagée de l'Ecole Confessionnelle) ; CAILLE Laure Présidente Libres MarianneS ; CATTAN Sarah Journaliste ; CERF Martine Co-directrice du Dictionnaire de la laïcité ; CHEVRIER Guylain, Docteur en Histoire, enseignant (Paris XIII) et formateur en travail social. Vice-président du CLR ; COLIN Armand Secrétaire générale d'Egale ; COSTA-LASCOUX Jacqueline Directrice de recherche au CNRS ; COUTEL Charles Philosophe, professeur des Universités ; DARY Michel Adjoint au Maire de Marseille délégué à la Laïcité, conseiller métropolitain ; DELFAU Gérard Ancien sénateur ; DJAVANN Chahdortt Essayiste, romancière, Prix international de la Laïcité 2003 ; DORAGHI Sarah Journaliste, Mention internationale Prix de la Laïcité 2018 pour les femmes iraniennes ; EL FANI Nadia Cinéaste, Prix international de la Laïcité 2012 ; ENGEL Pascal Philosophe, directeur de recherche à l'EHESS ; FALORNI Olivier, député ; FOUREST Caroline Éditorialiste et réalisatrice, Prix national de la Laïcité 2005 ;FOUSSIER Philippe Journaliste, ancien président du Comité Laïcité République ; FRASSA Christophe-André Sénateur, Président de la Fraternelle parlementaire ; FREGOSI Renée Philosophe, Politologue ; GAUCHET Marcel Historien, Philosophe, Directeur d'études émérite à l'EHESS, Rédacteur-en-chef du Débat ; GAUDRAY Christian Président de l'UFAL ; GLAVANY Jean Ancien ministre ; GUGLIELMI Philippe, Président d'honneur de laïcité liberté, élu local ; GUIROUS Lydia Essayiste, porte-parole des Républicains ; HABCHI Sihem Ancienne présidente de NPNS ; ; HABIB Claude Professeur émérite à La Sorbonne Nouvelle, essayiste ; HABRANT Edouard Grand Maître de la Grande Loge Mixte de France ; HANNOUN Michel ancien député ; HEINICH Nathalie Sociologue ; HENRY André Ancien ministre ; HORWITZ Marc Co-directeur du Dictionnaire de la laïcité, Armand Colin ; KERBARH Stéphanie Députée ; KESSEL Patrick Journaliste, Essayiste, Président d'honneur du Comité Laïcité République ; KHALDI Eddy Président de la Fédération nationale des DDEN ; KINTZLER Catherine Philosophe, Prix National de la Laïcité 2014 ; KONOPNICKI Guy Écrivain et journaliste. Chroniqueur à Marianne ; LABORDE Françoise Journaliste, essayiste, ancienne membre du CSA, président du Jury des Prix de la Laïcité 2018 ; LABORDE Françoise Sénatrice ; LAFOUGE Jacques Auteur, essayiste, vice-président du CLR ; LAIGNEL André Ancien ministre, Maire d’Issoudun, 1er vice-

président délégué de l’Association des Maires de France ; LAURENT Jean-Luc Ancien député, Président du MRC ; LE DOARÉ Christine Juriste, militante féministe universaliste et laïque, co- fondatrice des VigilantEs ; LE NÉOUANNIC Guy Ancien Secrétaire Général de la FEN ; LEFEBVRE Barbara Enseignante et essayiste, auteur membre du collectif "Les Territoires perdus de la République" ; LEGRAS Bernard Professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Vice-président du Comité Français des Sciences Historiques (CFSH) ; LENGAGNE Guy Ancien secrétaire d'État chargé de la Mer ; LEPAGE Corinne Avocate, Ancienne ministre de l'Environnement ; LEPERRE-VERRIER Odile Ancienne parlementaire européenne ; LOUIZI Mohamed Ingénieur, Essayiste, militant laïque ; MACE-SCARON Joseph Journaliste, Essayiste, Président du Jury des Prix de la Laïcité 2016 ; MANENT Pierre Philosophe, Directeur d'études à l'EHESS ; MARCHAND-TAILLADE Laurence Présidente de Forces Laïques ; MIS Jean-Michel Député ; PEÑA-RUIZ Henri Philosophe et écrivain, ancien membre de la Commission Stasi sur l’application du principe de Laïcité dans la République, Prix National de la Laïcité 2014 ; PINA Céline Auteur, Essayiste ; PINEL Sylvia Co-présidente du Mouvement Radical Libéral et Social ; POLONY Natacha, Journaliste, directrice de la rédaction de Marianne ; RAFFIN Nicole Militante laïque féministe ; RAVET Bernard Auteur de " Principal de Collège ou Imam de la République ", élu local ; ROBERT Nathalie Assistante parlementaire ; ROSSI Laurianne Députée, Questeure de l'Assemblée Nationale ; ROUMAGNAC Patrick Secrétaire général du SI.EN- UNSA Syndicat de l’inspection de l’Éducation nationale ; ROZIERE Viriginie Députée européenne, Co- présidente Les Radicaux De Gauche ; SAKOUN Jean-Pierre Président du Comité Laïcité République ; SANSAL Boualem Auteur, Prix International de la Laïcité 2018 ; SAUGUE Odile Membre honoraire du Parlement ; SCOT Jean-Paul Historien ; TAGUIEFF Pierre-André Politologue, historien des idées, directeur de recherche honoraire au CNRS ; THIRIOT Françoise Secrétaire générale Libres MarianneS ; TIERCELIN Claudine Philosophe, Professeur au Collège de France, Membre de l'Institut ; VALENTIN Caroline Avocate, essayiste, co-auteur de "Une France soumise, Les voix du refus" ; VANHOUTTE Didier Premier président du CEDEC (Chrétiens pour Eglise Dégagée de l'Ecole Confessionnelle) ; VIANES Michèle Présidente de Regards de Femmes ; VICTORY Michèle Députée ; VIVIEN Alain Ancien secrétaire d'État aux Affaires étrangères ; ZILBERG Arlette Ancienne Maire-adjointe Paris XXème, militante féministe, co-fondatrice des VigilantEs

Pour signer cliquez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Papier de l'Indépendant du 01.01.19 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Initialement prévue le 7 décembre, la plantation de l'Arbre de la Laïcité avait dû être reportée à jeudi dernier. Fixée en fin d'après-midi, sur le parking aux abords de l'école, la manifestation a revêtu un caractère très solennel en présence de nombreux élus, des enseignants de la commune, des écoliers et de leurs parents. Une importante délégation de l'Union des Délégués Départementaux de l'Education Nationale conduite par sa présidente, Carmen Esclopé, s'était fait, bien entendu, un devoir d'y participer.

En déclamant une poésie en lien avec la commémoration du jour, les élèves de la classe de la directrice, Élisabeth Constant, ont eu le privilège de l'ouverture de la cérémonie.

"C'est une commémoration car la date du 9/12/05 demeure et demeurera présente dans notre pays, mais aussi dans l'esprit des citoyens" expliqua Madeleine Garcia-Vidal, maire de Saint-Hippolyte et conseillère départementale du canton de la Côte salanquaise. Elle ajouta que "ce jour-là, les députés avaient donné, à la République, le socle laïque qui lui assurerait un fonctionnement démocratique fondé sur la liberté de conscience, l'égalité de tous les citoyens devant la loi commune et la fraternité."

Rappelant que "la République est indivisible, laïque, démocratique et sociale" l'élue saisit l'occasion de souligner combien le communautarisme en tant qu'organisation  de notre société, est dangereux pour vivre ensemble. "En ouvrant l'enseignement gratuitement à tous ses enfants, sans considération des situations de chacun, la République fait oeuvre d'unité sociale" s'est réjouie la première magistrate.

 

 

Marie-Pierre Sadourny, conseillère départementale et présidente du Groupe d'Études Sociétales et Actions (GÉSA)  a quant à elle, rappelé que "cette plantation s'inspire de celle des arbres de la Liberté plantés en grand nombre lors de la Révolution française de 1789 puis celle de 1848."  Elle a, à son tour, insisté sur l'esprit et la lettre de la loi de 1905 qui "reconnaît la liberté de conscience de chacun, la stricte égalité des citoyens quelles que soient leur origine et leur appartenance politique ou religieuse, la liberté pour tous de croire ou de ne pas croire, préservant ainsi les principes fondamentaux de la République, en particulier cette richesse que représente le bien vivre ensemble."  

Selon elle, ces manifestations ont, de toute évidence, "une forte valeur pédagogique et permettent, notamment aux plus jeunes, de découvrir une page de notre histoire et de réfléchir à l'esprit de la loi de 1905."

Le mot de la fin est revenu à Hermeline Malherbe,  présidente du conseil départemental. Estimant que "les conditions de vie ne sont pas toujours simples , mais quelles que soient ses difficultés, ça va toujours mieux quand on l'aborde  positivement," la présidente du département a expliqué comment "les populistes exploitent toutes les dimensions négatives que nous pouvons vivre les uns et les autres pour en tirer profit. C'est loin des valeurs de la République, c'est loin des valeurs de la Laïcité !" s'est écriée Hermeline Malherbe avant de mettre l'accent sur le choix du département de mettre en exergue "les allégories de la République que sont la Liberté, l'Égalité, la Fraternité, en y ajoutant la Laïcité et la Solidarité. C'est sur l'Hôtel du département, c'est pratiquement sur presque tous les collèges, et bientôt sur tous."

La cérémonie s'est achevée par la plantation de l'arbre de la Laïcité. Il s'agit d'un tilleul connu pour sa longévité et ses propriétés officinales. 

 

Après le traditionnel coupé de ruban, chaque élu a ajouté sa pelletée de graviers blancs au pied du tilleul.

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Le mardi 11 décembre s'est tenue à la Préfecture des Pyrénées Orientales , Salon Jean-Moulin , la cérémonie annuelle d'accueil dans la nationalité française des  personnes nouvellement naturalisées. 

C'est ainsi que trente-quatre habitants de notre département, originaires de dix-sept pays différents, se sont vu remettre les documents attestant de leur nouvelle natIonalité.

Outre la présence des édiles des communes où résident ces personnes et celle, bien entendu, de M. le Préfet, d'autres administrations étaient représentées, notamment l'Education Nationale par  M. Larue, adjoint au Directeur des services académiques, ainsi que par la classe de CM1/CM2 de Mme Karpoff, directrice de l'école Simon-Boussiron de Perpignan. Invité également à participer à l'événement en sa qualité de DDEN de cette école, Jean-Marie Fosse marquait par sa présence le rôle essentiel des missions de notre Union des DDEN au sein de l'institution scolaire. 

La cérémonie débuta par la projection d'un court-métrage sur la présentation de la France à travers son histoire, sa géographie,  les droits et les devoirs du citoyen, les symboles de la République et la devise républicaine avec  une belle explication de la laïcité et de la Loi de 1905 sur la séparation des Églises et de l'État .

Après un bref discours introductif, M. le Préfet remit à chacun des demandeurs les documents officiels leur conférant  la nationalité française .

Tous revêtus de blanc et arborant, qui un foulard, qui une cravate, qui un noeud papillon tricolore, les enfants présentèrent un superbe document numérique sur la biographie de Charles Aznavour, récemment disparu, le plus français des Arméniens, et exemple parfait de l'intégration réussie à la française et non communautariste.

L'hymne national entonné en choeur par l'assistance mit fin à la cérémonie qui s'est prolongée par un rafraîchissement et la traditionnelle séance de photos et de selfies.

 

Photos de Katia Karpoff, directrice de l'école Boussiron

Cette dernière photo a été copiée sur le site de la Préfecture.

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Fondement de notre système éducatif et garante de nos valeurs républicaines, la laïcité a donné lieu à une sympathique manifestation au collège Marcel Pagnol de Perpignan à l'occasion de l'anniversaire de la loi du 9 Décembre 1905 instituant la séparation des Églises et de l'État.

Professeurs, personnel de l'établissement et de nombreux parents d'élèves, dont les représentants au conseil d'administration, composaient un public heureux de partager quelques instants autour d'un thème fédérateur. 

Une importante délégation de l'association des DDEN conduite par sa présidente, Carmen Esclopé, avait tenu aussi à marquer de sa présence cette cérémonie ô combien symbolique dans cet établissement de 670 élèves.

 

Après les mots de bienvenue du chef d'établissement, Bernadette Costaséca, c'était au tour des classes de 4e d'entrer en scène pour la présentation de leur spectacle concocté par Françoise Beltri, professeur d'espagnol et maître d'oeuvre de l'ensemble des animations. Vêtus d'un tee-shirt blanc, les collégiens ont d'abord choisi de donner vie à la charte par des sketches sur le le thème des libertés individuelles et du respect de l'autre. Puis, sous la direction de Prisca Martial-Llavéria, professeur d'éducation musicale,  ils ont entonné un véritable hymne à la Laïcité sur une musique de Kendji Girac ("Pour oublier") et dont les paroles avaient fait l'objet d'un travail collectif avec l'aide de leurs professeurs.

Marie-Pierre Sadourny, conseillère départementale et présidente du Groupe d'Études Sociétales et Actions (GESA), a salué la qualité de la prestation  des collégiens qu'elle a assurés d'être toujours à leurs côtés pour faire vivre, au quotidien, cette valeur républicaine essentielle au concept du "vivre ensemble".

 

La manifestation s'est prolongée par la traditionnelle plantation de l'arbre de la laïcité à l'entrée du collège. Il s'agit d'un olivier offert par le Conseil départemental.

À l'issue de la cérémonie très réussie,  Bernadette Costaséca, n'a pas caché son bonheur.  "Je suis touchée" nous a-t-elle confié d'emblée avant de poursuivre : "La préparation nous a demandé un énorme travail. Tous les professeurs ont été impliqués. Quant aux parents, ils ont très vite adhéré et nous ont bien accompagnés tout au long du projet. De leur côté, les enfants ont été courageux ; ils s'y sont prêtés avec enthousiasme." Et la principale de conclure  "sur l'importance de l'apprentissage des codes pour que les élèves, citoyens français, adhèrent aux valeurs de la République et se préparent à devenir responsables dans leur vie d'adulte."

Chanson interprétée par les élèves :

Laïcité

Couplet 1

La laïcité, dans nos quartiers

Pour porter la paix, il la faudra

Même différents, on s'acceptera

La devise française, c'est notre pilier

Refrain

Alors on parle, on a le choix 

Pour vivre ensemble, fiers de nos droits, 

Et toujours on garde, bien à l'esprit

La paix laïque, liberté sans prix

 

D'autres couplets composent la chanson 

sur une musique de Kendji Girac

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

En attendant la réouverture prochaine du Musée, quelques DDEN, sous la houlette de Michel Hugé, se retrouvent les vendredis après-midi pour tenter de remettre en état de marche quelques vieux appareils audio-visuels comme des visionneuses, projecteurs de films fixes, tourne-disques ou autres . Objectif : pouvoir disposer au moins d'un exemplaire de chaque catégorie pour les faire fonctionner devant les enfants quand le musée sera rouvert.

C'est à l'école de Ponteilla que l'atelier s'est installé dans une salle que le directeur, M. Sageloli, a obligeamment mis à notre disposition, ce dont nous lui sommes particulièrement reconnaissants.

L'atelier est ouvert depuis quelques semaines, et déjà nous avons pu remettre en fonction plusieurs tourne-disques et  deux vieux magnétophones à bande.

Prochain défi : s'attaquer aux passe-vues  et projecteurs de films fixes ,  puis ce sera le tour des projecteurs 8 m/m et 16 m/m, et puis aussi les imprimantes à alcool (nota : nous recherchons des stencils à alcool, des bandes enregistrées de magnétophone que vous n'utiliseriez plus !), appareils de prise de vues (mais là ce sera largement plus compliqué), etc...

Il faut se souvenir que dès la création des écoles communales suite aux lois de 1881 et suivantes, les dernières technologies étaient présentées dans les classes chaque fois que c'était possible, ne serait-ce qu 'à travers la photo de classe présente depuis les tout débuts. Ces appareils ont donc toute leur place au musée comme vecteurs pédagogiques et font le lien avec les premiers ordinateurs Atari, MO7 ou 8, voire Excel Vision apparus dans les classes, à la fin du siècle dernier, jusqu'aux tableaux interactifs de plus en plus présents dans toutes les écoles aujourd'hui.

A bientôt pour de nouvelles infos...

Jean-Marie Fosse, responsable du Musée de l'École

Voir les commentaires

Publié le par Les DDEN 66

 

« Jardinons ensemble »  : Un projet scellé conjointement par l'Union départementale des DDEN et l'OCCE 66, au cours d'une réunion préparatoire courant novembre.

Étaient présentes :

- Muriel Bord de l'OCCE 66

- Carmen Esclopé, présidente de l’Union départementale des délégués départementaux de l’Education Nationale,  assistée de  Marie-France Boussu, secrétaire de l’association. 

1. Constat

    Depuis plus de 30 ans, la Fédération Nationale des  Délégués Départementaux de l’Education Nationale (DDEN) et l’Office Central de la coopération à l’Ecole (OCCE) prennent en charge l’organisation du concours national des Ecoles Fleuries. Il s’agit,  d’un projet éducatif et d’apprentissage par le jardinage dont les activités doivent être réalisées par les enfants eux-mêmes. 

    Ce projet national mobilise, chaque année, plusieurs milliers de classes sur tout le territoire français. Une délégation d’élèves pour les classes primées au niveau national se rend en délégation à Paris. Le déplacement des enseignants et des élèves représente un coût élevé pour les associations locales. 

2. Le projet « Jardinons ensemble »  2018-2019 

    a) - Présentation 

          En accord avec leurs instances nationales, l’Union départementale des DDEN et l’OCCE 66 proposent de créer  le  projet  « Jardinons ensemble ». Cette opération est ouverte à toutes les classes et établissements publics, des  classes de  maternelle à celles des  collèges. 

        Le cahier des charges de l’opération demande le respect du principe coopératif dans l’élaboration du jardin, et la pédagogie mise en œuvre doit favoriser les échanges et les rencontres entre élèves et entre classes.

    b)- Objectifs 

  • agir et améliorer son cadre de vie ;
  •  respecter le travail de chacun à travers un projet commun ; 
  •  observer les saisons et la végétation ; 
  •  apprendre en jardinant

    c)- Les supports  pédagogiques 

  • Muriel Bord propose de mettre  en prêt gratuit une malle « école fleurie » 
  • Carmen Esclopé émet l'idée d’une  plateforme numérique permettant  aux classes lauréates de mutualiser leurs expériences et d'échanger graines et plants ; 
  • Des rencontres seront également organisées à cet effet ; 
  • Le site internet « jardinons à l’école »  offre la consultation de fiches pratiques à l’attention des classes lauréates ; 
  • L’accueil d’un intervenant extérieur sur la thématique des animaux des jardins sera favorisé ; 
  • Les classes lauréates recevront également des graines de fleurs des champs à semer ; 
  • Les projets des classes seront valorisés sur le site des DDEN 66 et de l’OCCE 66 ; 
  • 4 défis seront lancés dans l’année, dont l’élaboration d’une recette de cuisine sur la thématique « du jardin à la table ». 

    d)-Informations et inscriptions 

     Ce projet a été soumis aux membres du conseil d’administration de l’Union départementale des DDEN puis sera présenté par Carmen Esclopé et Muriel Bord au Directeur des Services Académiques de l’Education Nationale (DASEN). 

  • Les DDEN66 et l’OCCE 66  sont  chargés d’informer les responsables des établissements ; 
  • Les inscriptions s’effectueront auprès de l’OCCE 66 qui établira le projet de fiche d’inscription.

Les photos d'illustration de l'article proviennent de l'école de Ponteilla qui pratique depuis 7 ans une activité  "jardinage".

Jardinons ensemble à l'école

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>