Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

L'école d'autrefois présentée à partir de différents supports. Géré par les DDEN, le Musée de l'école est une création de l'Union des DDEN 66. Nouvelle adresse : Avenue Paul Gauguin - Perpignan

Publié le par DDEN 66

Après avoir dû céder, en juillet dernier, ses locaux du quartier Saint-Jacques au profit du campus Mailly, notre Musée de l'École s'est installé dans l'un des bâtiments du collège Pons. Ouvert aux visiteurs à la faveur des Journées du Patrimoine, ce nouvel espace culturel du Moyen-Vernet présente le double avantage d'un confort matériel nettement amélioré et d'une ouverture sur un public plus large en raison de sa proximité avec des établissements scolaires et sportifs.

Durant ces deux journées dédiées au Patrimoine,  notre Musée a ainsi vécu au rythme des nombreuses animations mémorielles proposées en alternance  avec les séquences découverte des locaux.

Reconstituée à l'identique, la salle de classe de l'école publique, laïque et gratuite  de Jules Ferry, arborant fièrement les symboles de la République, a, sans conteste, remporté un beau succès auprès des visiteurs. Certains d'entre eux se sont même  livré à un exercice d'écriture au porte-plume et à l'encre violette.  

Les conférences mémorielles ont porté sur l'exode des Républicains espagnols, en 1939, qui affluaient massivement à divers points d'accès de notre département. C'est ce que sont venus relater quatre enseignants, par ailleurs écrivains et historiens.

Serge Barba évoqua  la maternité d'Elne créée en 1939 par Elisabeth Eldenbenz. "Non seulement pour préserver la vie, mais aussi pour la donner" ajouta l'orateur, visiblement ému. C'est que Serge Barba comptait parmi ces 595 enfants qui y sont nés.

 

Autre conférencier, Georges Sentis, a, quant à lui, traité de l'accueil des enfants dans le département. "Près de 50 000 d'entre eux ont été séparés de leurs familles puis déplacés de Madrid pour être mis à l'abri dans la région de Valence." L'orateur rappela, en effet, que la guerre d'Espagne, commencée par un coup d'état militaire,  a échoué partiellement avant de se prolonger vers la guerre civile. "On évalue  à près de 5000 enfants  entrés en groupes en France,  dans le cadre de colonies de vacances."

S'est alors posée la question de leur rapatriement ou non, avec pour corollaires, l'éclatement des familles, des communautés villageoises, et la mission difficile  de l'école confrontée aux enjeux politiques et sociaux que représentent la situation et l'avenir de ces jeunes enfants.

Après avoir sillonné la plupart des communes du département  à l'occasion du 80e anniversaire de la Retirade, la chorale éphémère "Les choeurs de l'exil et de l'espoir" a bien voulu honorer de sa belle participation nos journées européennes du Patrimoine.

Les choristes ont su allier leur expérience et leur passion pour  offrir à l'assistance une prestation de grande qualité .

L'interprétation de l'hymne catalan  a été un moment fort de l'événement.

 

 

 

 

Fille de républicains espagnols, née à Port-Vendres, l'écrivaine et professeur Thérèse Cau dénonce, s'indigne,  évoque la mémoire de sa mère dont elle  rappelle dans son livre,  "L"album de l'exil",  la proximité avec la famille de Josep Tarradellas, l'exilé espagnol devenu président de la generalitat ... en exil.

                             

 

         

Commenter cet article