Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

L'école d'autrefois présentée à partir de différents supports. Géré par les DDEN, le Musée de l'école est une création de l'Union des DDEN 66. Nouvelle adresse : Avenue Paul Gauguin - Perpignan

Publié le par DDEN 66

Initialement prévue le 7 décembre, la plantation de l'Arbre de la Laïcité avait dû être reportée à jeudi dernier. Fixée en fin d'après-midi, sur le parking aux abords de l'école, la manifestation a revêtu un caractère très solennel en présence de nombreux élus, des enseignants de la commune, des écoliers et de leurs parents. Une importante délégation de l'Union des Délégués Départementaux de l'Education Nationale conduite par sa présidente, Carmen Esclopé, s'était fait, bien entendu, un devoir d'y participer.

En déclamant une poésie en lien avec la commémoration du jour, les élèves de la classe de la directrice, Élisabeth Constant, ont eu le privilège de l'ouverture de la cérémonie.

"C'est une commémoration car la date du 9/12/05 demeure et demeurera présente dans notre pays, mais aussi dans l'esprit des citoyens" expliqua Madeleine Garcia-Vidal, maire de Saint-Hippolyte et conseillère départementale du canton de la Côte salanquaise. Elle ajouta que "ce jour-là, les députés avaient donné, à la République, le socle laïque qui lui assurerait un fonctionnement démocratique fondé sur la liberté de conscience, l'égalité de tous les citoyens devant la loi commune et la fraternité."

Rappelant que "la République est indivisible, laïque, démocratique et sociale" l'élue saisit l'occasion de souligner combien le communautarisme en tant qu'organisation  de notre société, est dangereux pour vivre ensemble. "En ouvrant l'enseignement gratuitement à tous ses enfants, sans considération des situations de chacun, la République fait oeuvre d'unité sociale" s'est réjouie la première magistrate.

 

 

Marie-Pierre Sadourny, conseillère départementale et présidente du Groupe d'Études Sociétales et Actions (GÉSA)  a quant à elle, rappelé que "cette plantation s'inspire de celle des arbres de la Liberté plantés en grand nombre lors de la Révolution française de 1789 puis celle de 1848."  Elle a, à son tour, insisté sur l'esprit et la lettre de la loi de 1905 qui "reconnaît la liberté de conscience de chacun, la stricte égalité des citoyens quelles que soient leur origine et leur appartenance politique ou religieuse, la liberté pour tous de croire ou de ne pas croire, préservant ainsi les principes fondamentaux de la République, en particulier cette richesse que représente le bien vivre ensemble."  

Selon elle, ces manifestations ont, de toute évidence, "une forte valeur pédagogique et permettent, notamment aux plus jeunes, de découvrir une page de notre histoire et de réfléchir à l'esprit de la loi de 1905."

Le mot de la fin est revenu à Hermeline Malherbe,  présidente du conseil départemental. Estimant que "les conditions de vie ne sont pas toujours simples , mais quelles que soient ses difficultés, ça va toujours mieux quand on l'aborde  positivement," la présidente du département a expliqué comment "les populistes exploitent toutes les dimensions négatives que nous pouvons vivre les uns et les autres pour en tirer profit. C'est loin des valeurs de la République, c'est loin des valeurs de la Laïcité !" s'est écriée Hermeline Malherbe avant de mettre l'accent sur le choix du département de mettre en exergue "les allégories de la République que sont la Liberté, l'Égalité, la Fraternité, en y ajoutant la Laïcité et la Solidarité. C'est sur l'Hôtel du département, c'est pratiquement sur presque tous les collèges, et bientôt sur tous."

La cérémonie s'est achevée par la plantation de l'arbre de la Laïcité. Il s'agit d'un tilleul connu pour sa longévité et ses propriétés officinales. 

 

Après le traditionnel coupé de ruban, chaque élu a ajouté sa pelletée de graviers blancs au pied du tilleul.

Commenter cet article