Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

LES DDEN ET LE MUSÉE DE L'ÉCOLE - PERPIGNAN

L'école d'autrefois présentée à partir de différents supports. Géré par les DDEN, le Musée de l'école est une création de l'Union des DDEN 66. Nouvelle adresse : Avenue Paul Gauguin - Perpignan

Publié le par DDEN 66

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

En raison de la crise sanitaire que nous connaissons, et conformément aux directives gouvernementales, notre musée est fermé temporairement depuis la mi-mars.

Le confinement devant se prolonger pour une durée indéterminée,  notre Présidente, Carmen Esclopé, a décidé de suspendre, jusqu'à nouvel ordre, l'ensemble des activités de l'Union départementale.

De son côté, Jean-Marie Fosse, responsable du Musée, a d'ores et déjà annulé toutes les visites d'écoles prévues au cours du mois de mai, tout en présumant qu'il en sera de même pour celles du mois de juin.

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Le Musée de l'école se trouve avenue Paul Gauguin, en face du gymnase municipal du club de basket, et voisine avec la tribune nord du stade Aimé Giral. 

Concernant les visites  d'écoles, les inscriptions sont prises exclusivement par téléphone, auprès de Jean-Marie Fosse, responsable du musée, au  06 65 47 94 61

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

 

 Une classe de l'école Victor Hugo de Perpignan, accompagnée par  Sophie Oustric, l'enseignante, et Raymond Bonnet, le DDEN de l'établissement.

Depuis sa réouverture aux écoles, en novembre dernier, sur son nouveau site, notre musée a retrouvé son régime de croisière.  Les visites se succèdent  à un rythme soutenu selon un planning mensuel établi, d'une main de maître, par le responsable, Jean-Marie Fosse. 

Deux DDEN volontaires assurent l'animation de chaque demi-journée avec le souci d'offrir aux jeunes visiteurs et à leurs accompagnateurs, un format d'activités pédagogiques empruntant  les méthodes du système éducatif d'autrefois.

Après la traditionnelle leçon de morale dont on recopie la maxime à la plume, trempée dans l'encre violette, sur une feuille de cahier quadrillée, le maître vêtu de la traditionnelle  blouse grise, passe alors à la non moins traditionnelle séquence de calcul mental dont chacun transcrit son résultat, à la craie blanche, sur son ardoise. 

Ces exercices trouvent là matière à évoquer les récompenses sous forme de bons points ou d'images, mais aussi les sanctions qui surprennent aujourd'hui.

Le second volet de la visite constitue le point d'orgue de l'animation. Les élèves découvrent, en effet, dans l'espace "musée",  tout ce qui pouvait constituer, à l'époque, un support concret au programme des leçons dites de "choses".

Le râtelier des fusils censés former au maniement des armes les futurs et éphémères bataillons scolaires, suscite toujours un grand intérêt.

Autre découverte qui plaît beaucoup  : la tenue vestimentaire et l'équipement  du parfait écolier d'autrefois. Le sarrau, le béret, les sabots, le cartable, le plumier offrent généralement l'occasion de clore la visite et de l'immortaliser  par une séance photos. 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Inauguré en septembre dernier, le nouveau Musée de l'École transplanté sur le site du collège Pons, à Perpignan, accueillait le 9 décembre, un grand nombre d'invités à la faveur, cette fois, de la célébration de la loi de 1905, par la plantation d'un arbre de la Laïcité. 

Vigies des valeurs de l'école républicaine et laïque, de nombreux DDEN du département s'étaient, tout naturellement, fait un devoir de participer à la cérémonie honorée par la présence de :

- Hermeline Malherbe,  Présidente du Conseil départemental,

- Renée Soum, fondatrice du GESA (Groupe d'Études Sociétales et Actions),

- Marie-Pierre Sadourny, Présidente du GESA et conseillère départementale en charge de l'Éducation,

- Mme Lefèvre, principale du collège Pons

S'étaient joints également les représentants d'associations amies de l'École : l'AMOPA, l'ADATEP, l'OCCE, la FCPE, les syndicats d'enseignants. Deux classes du collège Pons et deux autres de l'école de Fourques, accompagnées de leurs professeurs, complétaient la liste des invités.

 

 

 

 

 

 

Après les mots de bienvenue et les remerciements, la Présidente de l'Union des DDEN, Carmen Esclopé, céda la parole à la Présidente du GESA, Marie-Pierre Sadourny.

La conseillère départementale saisit, tout d'abord, l'occasion de saluer la présence de Renée Soum à qui elle succéda à la tête du GESA. Et de rappeler que ce groupe d'études sociétales célèbre, depuis quelques années, la loi du 9 Décembre 1905 de séparation des Églises et de l'État par la plantation d'un Arbre de la Laïcité. Cette plantation devenue désormais une tradition, à date anniversaire, dans notre département, s'inspire, en fait, des nombreuses cérémonies de plantations  d'Arbres de la Liberté à l'époque révolutionnaire. "Ces manifestations ont une forte valeur pédagogique. Elles permettent, notamment, aux plus jeunes de découvrir une page de notre histoire et de réfléchir aux principes qui sous-tendent la loi de 1905. Parler de cette loi, c'est l'occasion d'explication en direction des citoyens et de jeunes citoyens, comme aujourd'hui, de remise dans la lumière cette valeur républicaine extraordinaire, rempart de notre démocratie, qui permet de rassembler toutes les différences."

La Présidente du Département, Hermeline Malherbe, s'est attachée, quant à elle, à décliner les vertus de la laïcité, avant de conclure en mettant en exergue l'excellente composition chorale  des élèves du collège Pagnol et de leurs professeurs dont l'interprétation avait fait forte impression lors de la cérémonie de plantation d'un Arbre de la Laïcité, voilà un an, dans l'enceinte de leur établissement.

Nous nous faisons un plaisir de publier, en partie, cet  hymne à la Laïcité qui magnifie les valeurs républicaines auxquelles tous les défenseurs de l'école publique se sentent profondément attachés.

Nous sommes persuadés que les élèves et leurs professeurs du collège   Pagnol ne nous  tiendront pas rigueur  de nous être approprié de leur oeuvre le temps d'un partage de nos convictions communes avec un autre public.

  Merci à eux. 

Laïcité

Couplet 1

La laïcité, dans nos quartiers

Pour porter la paix, il la faudra

Même différents, on s'acceptera

La devise française, c'est notre pilier

Refrain

Alors on parle, on a le choix 

Pour vivre ensemble, fiers de nos droits, 

Et toujours on garde, bien à l'esprit

La paix laïque, liberté sans prix

 

D'autres couplets composent la chanson 

sur une musique de Kendji Girac

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

La très officielle cérémonie d'accueil dans la nationalité française s'est déroulée le 2 décembre dernier, dans le salon Jean-Moulin de la Préfecture, en l'honneur des 38  nouveaux citoyens ayant acquis leur naturalisation. 

La remise du précieux sésame par le Préfet a été l'un des moments forts, empreint d'émotion et de reconnaissance pour ces nouveaux compatriotes originaires de  17 pays et de 4 continents.

Outre la présence de M. Larue, directeur adjoint des services académiques,  participaient à cette cérémonie,  notre collègue, Jean-Marie Fosse, représentant notre Union départementale des délégués de l'Éducation nationale, ainsi qu'une classe de cours moyen de l'école Simon Boussiron de Perpignan.

Une animation proposée par l'école s'est traduite par l'évocation, sous forme de saynète, de la vie et de la carrière d'Andrée Chedid.  Les écoliers ont, ensuite, rajouté leur part d'émotion à l'événement en déclamant l'un des poèmes de cette femme de lettres prolifique d'origine égyptienne devenue Française. Par ce poème mis en musique par son petit-fils, Thomas, dit "M", elle avait voulu clamer son amour à son pays d'accueil.

Mère de Louis Chedid (chanteur, auteur-compositeur), grand-mère de Thomas Chedid dit "M" (également auteur et chanteur), Andrée Chedid était  journaliste, écrivaine et poétesse.

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

Les droits de l'enfant fêtent ce mercredi 20 novembre leurs 30 ans.

À cette occasion, l'école de Fourques que dirige  Mme Macias, a ouvert ses portes pour accueillir les DDEN, et mettre en place une animation sur ce thème.

 

Au programme  proposé aux deux classes de CE2, CM1 et CM2 de Mmes Duprat et Salvador, une « riffle » un peu particulière,  au cours de laquelle les enfants ont tous gagné des lots particuliers.

 

En effet, dans l'enveloppe gagnante, les enfants ont obtenu des droits divers et variés, tels que :

avoir un nom, avoir des parents, être soigné, être nourri, être protégé, être éduqué, etc…, des lots peu courants mais qui ont, ô combien, une importance capitale, et montrent que dans le monde, beaucoup d'enfants ne les ont pas.

 

Une expérience qui a suscité beaucoup d'intérêt auprès des enfants et qui leur a permis de s'exprimer sur leurs propres conditions de vie au quotidien.

 

Oui, on a tous gagné !

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

De gauche à droite : Marie-Claude Eljai, Annie Fournols, Michel Dattoli et Hélène Vichet

Absente sur la photo : Florence Carles

Officiellement nommés par le DASEN (Directeur Académique des Services Départementaux de l'Éducation Nationale), 5 nouveaux DDEN sont venus renforcer nos rangs au sein de notre Union départementale.

Un chaleureux accueil leur a été réservé par notre présidente, Carmen Esclopé, au cours d'une journée d'information et de formation à laquelle participaient également les membres de notre conseil d'administration. 

Au menu : sécurité, hygiène, restauration, transports, activités périscolaires, défense de l'école publique et laïque,  tels ont été les thèmes développés qui constituent l'essentiel des missions dévolues au DDEN au sein de l'institution scolaire.

Un repas convivial, pris en commun, a clos cette journée bien sympathique. 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par DDEN 66

 

Une centaine de personnes se sont pressées, jeudi dernier, au musée de l'école, dont on célébrait l'ouverture des nouveaux locaux désormais situés avenue Paul Gauguin, dans l'enceinte du collège Pons. 

L'événement inaugural a été honoré de la présence de nombreuses personnalités et de DDEN, dont :

- Hermeline Malherbe, Présidente du Département,

- Eddy Khaldi, Président de la Fédération nationale des DDEN,

- Marie-Pierre Sadourny, conseillère départementale en charge     de la commission Éducation - collèges,

- Nathalie Beaufils, Adjointe au maire de Perpignan, en charge       de l'éducation,

- Christian Horgues, Secrétaire général des services            académiques  des Pyrénées-Orientales

- Madame Lefèvre, principale du collège Pons

 

Intervention de Carmen Esclopé

 Heureuse de constater un tel écho de sympathie réservé à ce musée de l’école publique, de l’école de la république, Carmen Esclopé a pris la parole avec beaucoup d'émotion.

Voici sa déclaration in-extenso :

"Tout d’abord, je tiens, au nom du conseil d’administration et de tous les DDEN, à remercier la Présidente du Conseil départemental, Hermeline Malherbe, d’avoir proposé un lieu et accepté que le déménagement s'effectue rapidement afin que le musée Christian Bourquin, inauguré le 15 février 2008, ne soit pas oublié, et  puisse surtout, tout aussi rapidement, permettre à nos écoliers de se replonger dans ce lieu mémoriel .

"Nos remerciements s'adressent également à la présidente de la commission Éducation du Conseil départemental, Marie-Pierre Sadourny, qui, très rapidement,  a cherché à nous reloger et a su toujours garder une oreille attentive à la réalisation de ce projet.

"Je n’oublie pas, dans cette série de remerciements, Madame Lefèvre, Principale du collège Pons, et son équipe qui ont bien voulu accepter de se séparer d’une partie de leur établissement et mettre à notre disposition, pendant un an, une salle destinée à la tenue de nos réunions.

"Comme vous pouvez le constater, nous avons quitté la Côte-Saint-Sauveur et nous voilà, un an après, avenue Paul-Gauguin,  après des travaux réalisés pour accueillir les élèves dans une salle de classe reconstituée qui les plonge dans un univers différent de celui qu’ils connaissent quotidiennement. 

"Monsieur le Directeur des services académiques de l’Éducation nationale, merci de votre soutien qui nous conforte dans notre mission de transmettre, en notre qualité de Délégués départementaux de l’Éducation nationale, des valeurs qui nous tiennent à cœur. Et ce musée est le lieu idéal puisque nous y accueillons plus de 3500 élèves par an. Les animations proposées mettent en exergue les principes fondamentaux de l’école de la république, sans oublier les droits de l’enfant et la journée de la laïcité .

"Mes remerciements auxquels se joignent ceux de tous les DDEN, vont aussi vers notre Président national, Eddy Khaldi, ici présent parmi nous, afin de partager une réunion de travail et l’inauguration de nos nouveaux locaux. Merci Eddy d’avoir quitté la capitale pour être à nos côtés.

"Monsieur le Maire de Perpignan, merci pour tout l’intérêt que vous portez à notre musée. Merci à Madame Beaufils pour la confiance qu’elle nous témoigne et, en particulier, d’avoir permis à ce musée de bénéficier de la gratuité des transports scolaires en sa qualité de site culturel des Pyrénées-Orientales.  

"Après cette visite, vous avez pu constater la qualité des travaux réalisés pour la transformation de ce bâtiment. Nous le devons, à Monsieur Foltran, ici présent, chargé d’opérations du Conseil départemental qui, grâce à ses compétences, sa diplomatie, sa rigueur,  a su obtenir des différentes entreprises un travail performant.Merci.

"Je n’oublierai pas de remercier les collègues DDEN qui ont passé, ici, une partie de leurs vacances, pour que nous soyons prêts à accueillir le public à l'occasion des Journées européennes du Patrimoine. 

"Vous avez effectué la visite, mais je souhaite la prolonger en déclinant les nombreuses activités ponctuant l'année scolaire.

"Sa création  remonte à de nombreuses années, avec comme chevilles ouvrières, les DDEN, Emilienne Chagnon, Robert Piquet, Roger Moret, Yvan Bassoul, Paulette Dumons, et bien d’autres, mais toujours de façon plus ou moins  incertaine quant à son implantation.

"C’est en 2008 que Christian Bourquin, alors Président du Conseil général,  a permis aux DDEN de concrétiser ce projet, tout  en sachant qu’un jour, peut-être,  il faudrait envisager un changement de site.

"La mauvaise nouvelle est tombée alors que nous nous apprêtions à organiser son 10e anniversaire.

"L’envie de prolonger son histoire a été très forte et nous voici, grâce à vous tous, dans ces nouveaux locaux.

"Mais que se passe-t-il au musée ?

"Après le déménagement, nous avons choisi la  date des Journées européennes du Patrimoine   pour la réouverture. Avec un flux exceptionnel des visiteurs, le succès a été au rendez-vous.

"Nous voulions continuer ce que Robert Piquet et son équipe avaient mis en place. 

"Est-ce la curiosité qui a amené les visiteurs jusqu’à nous ? Est-ce le thème des conférences qui y ont été données ? Peu importe. L'essentiel est que le musée soit connu et reconnu par les enseignants et par le public.

"Ces deux journées ont ainsi  permis au public d'effectuer une visite qui en appellera une troisième à la faveur de la Nuit des musées.

"Les DDEN bénévoles qui accueillent les élèves et leurs enseignants, s’efforcent de représenter le personnage de l’instituteur de l’époque, puis ils changent de costume pour jouer le rôle de guide du musée pour la découverte du matériel et des livres utilisés autrefois.

"Le mercredi et le samedi sont réservés  à l'accueil des maisons de retraite, des EHPAD, des associations, des personnes en situation de handicap : tout est aménagé pour les accueillir 

"Pour nous, ce qui est primordial c’est que le musée vive, qu’il puisse permettre aux visiteurs de s’épanouir, de prendre plaisir, de faire surgir des moments d’émotion et faire un clin d’œil aux droits et devoirs de la république.

"D’autres musées existent sur notre territoire, mais le nôtre a une particularité que les autres n’ont pas :  les animations sont organisées par des bénévoles et l'entrée est gratuite.

"C’est également le lieu où se déroulent toutes nos réunions et où sont élaborés  nos projets comme la Journée des droits des enfants, la Journée de la laïcité, la Journée vélo et, pourquoi pas, d’autres nouveautés.

"En plus d’être un musée, je dirai que c’est aussi la Maison des DDEN, engagés au service de l’école publique et laïque."

Carmen Esclopé  terminera son intervention en formant l'espoir d'accueillir toujours plus nombreux de nouveaux visiteurs. 

"Merci encore à tous."

 

 

Intervention d'Eddy Khaldi

"Autrefois, le DDEN était considéré comme un ami de l'école. C'était plutôt un notable qui revendiquait de s'impliquer dans les institutions.

Aujourd'hui, le DDEN, c'est un citoyen, bien souvent un ex-enseignant, qui défend avec d'autres citoyens impliqués à nos côtés, les principes de cette école publique.

Depuis  les années 80,  l'idée de libre choix a fait son chemin et on a installé les familles dans une posture de consommateur de l'école. On revient à cette idée du principe commercial, cette individualisation du rapport à l'école.

Nous, ce que nous revendiquons, c'est l'idée de former un citoyen parce que l'école ne doit pas former qu'un travailleur.  C'est très extrêmement important. Et notre fonction évolue  parce que dans cette individualisation à l'école, il y a de plus en plus de conflits ou de problèmes.Le DDEN souhaite être acteur , mais aussi le médiateur dans le processus de résolution de situations particulières. À l'image de ce département où les DDEN prennent toute leur part dans le processus de lutte contre le harcèlement scolaire. 

Nous ne défendons aucun intérêt corporatiste, nous ne défendons aucun groupe, nous n'avons  pas d'ambitions politiques. Le seul intérêt, pour nous, est celui de l'enfant."

Intervention de Nathalie Beaufils

"Je suis ravie  d'être là car je suis le premier interlocuteur de l'ensemble des DDEN  de la ville de Perpignan et j'ai le plaisir de travailler avec vous tous les jours de l'année scolaire.

"Vous êtes là pour transmettre les valeurs de l'école républicaine auxquelles nous sommes tous, ici, très attachés.

Je trouve que ce musée est à votre image. Il transmet votre engagement. Vous êtes un interlocuteur important entre les acteurs de l'école et la municipalité. Votre rôle est essentiel pour toujours rappeler l'importance de l'école publique et les enjeux pour lesquels vous travaillez ensemble. Votre sagesse et votre expérience vous placent dans une relation constructive."

Mme Beaufils conclut en remerciant  notre présidente pour sa collaboration efficace au sein de la Caisse des écoles de Perpignan.

 

Intervention d'Hermeline Malherbe

Après avoir remercié Mme Lefèvre, principale du collège Pons, d'avoir bien voulu accepter d'héberger et de cohabiter avec le Musée de l'École, la Présidente du Département, Hermeline Malherbe, a brossé un rapide historique de cette migration réussie qui a, finalement, satisfait l'ensemble des parties concernées.

"Je suis particulièrement heureuse, aujourd'hui, d'être parmi vous, parce que ce musée  nous plonge au coeur de l'histoire de la République avec l'école publique, gratuite et obligatoire, en un mot, l'école laïque.

Un petit retour en arrière a permis de rappeler par Mme Malherbe que le musée avait été implanté, en 2008,  au centre ville, à l'initiative de Christian Bourquin, alors président du conseil général.

"Ce musée est à la fois un lieu précieux pour les enseignants parce qu'il y a des ressources pour les chercheurs. C'est aussi un témoignage de l'école d'autrefois."

 

 

Intervention de Christian Horgues

Après avoir rappelé  que le département comptait 187 DDEN, le secrétaire général des services académiques, Christian Horgues, s'est plu à souligner l'étroite coopération avec notre Union départementale. 

"Nous travaillons déjà ensemble sur  plein de dossiers et nous avons aussi des projets d'avenir. Je pense notamment à la lutte contre le harcèlement à l'école et au collège. Vous avez accepté de suivre une formation sur cette thématique, et, aujourd'hui, vous nous permettez d'intervenir d'une autre façon, très efficace, sur ces dossiers. Il y a d'autres projets qui vont nous réunir et qui nous permettront de bénéficier de votre expertise,  de compter à la fois sur  votre dynamisme, sur votre allant, sur votre volonté et sur ce désir qui nous réunit, ce soir, de faire vivre l'école de la République."

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>